Half bad

Half-Bad2Attendez-vous à une sortie en grande pompe pour ce roman de Sally Green. Puisque vous allez en entendre parler partout, je vais me contenter d’aller droit au but.

Il s’agit d’un roman pour adolescents (et adultes), où nous suivons l’enfance de Nathan, un sorcier. Sa mère est une sorcière blanche, son père un sorcier noir, et là réside le cœur du sujet.

Pour moi il ne s’agit pas uniquement d’un énième roman « avec des magiciens », parce qu’au fond la magie n’est pas si importante. En revanche, quand on lit les « notifications de décision du Conseil des sorciers blancs d’Angleterre, d’Ecosse et du pays de Galles » qui restreignent peu à peu les droits de notre héros jusqu’à le forcer à vivre dans une cage, on pense à d’autres règles en d’autres temps, qui on su progressivement priver toute une frange de la population de leurs droits. Quand on voit la manière dont les sorciers blancs traitent ce jeune homme semi-blanc, semi-noir, on repense au racisme dont l’humanité sait se rendre coupable.

Alors oui, on y trouve bien plus que de la magie, et ce qui ne gâche rien, ce roman est vraiment bien écrit. On entre sans difficulté en empathie avec Nathan, et on a honte pour ses tortionnaires. C’est une série prometteuse qui plaira à ceux qui ont vu dans Harry Potter autre chose que de la magie enfantine.

A partir de 14 ans.

Half bad, Sally Green, Milan, 24 septembre 2014, 16€90

Publicités

Le livre de bébé

livre-de-bébéAujourd’hui voici un ouvrage tout doux, moelleux et trop trop mignon !

On connaît les livres en tissu, et comme premiers bouquins ils ont largement fait leurs preuves. Celui-ci est vraiment très efficace, il présente des animaux et fait office de jouet d’éveil puisque le poisson est caché sous un morceau de tissu qui crisse, les rayures du zèbre sont en relief… et surtout, le meilleur pour la fin… le dernier petit animal présenté (sur la quatrième de couverture) est décidément le plus mignon de tous : c’est un miroir !

Testé et approuvé par un cobaye de 5 mois, mais peut fonctionner avant aussi.

Le livre de bébé, Marie Delhoste et Francesca Ferri, Thomas jeunesse, 2014, 13€50

Imagiers photos et noir et blanc

fleurslegumesetpetitesbetesVoici le dernier né d’une série d’imagiers en noir et blanc chez les Grandes Personnes. (Rappelez-vous, j’adore cette maison d’édition !)

Layout 1

François Delebecque nous livre ici le 4° album de la série, toujours construit sur le même modèle : des images en noir sur blanc, stylisées et facilement identifiables. Sous chacune de ces images, en soulevant un petit volet, vous découvrirez une photographie de l’objet ou de l’animal représenté.

couv animaux ferme defLe système est simple et répétitif, le rendu, très sobre, est visuellement très agréable. Le contraste entre les formes épurées, profondément noires et les photographies en couleurs qui se cachent en-dessous accentue la force des illustrations.

Couverture Vroum_couv animaux ferme defUne petite collection sympathique d’imagiers originaux, esthétiquement remarquables, à partir de un an et demi pour les petits les plus soigneux, sinon deux ans.

 

 

Vroum-vroum /  Les animaux de la ferme / Les animaux sauvages / fruits, fleurs, légumes et petites bêtes, François Delebecque, Editions des Grandes Personnes, 2010, 2011 et 2014, 14€50 (sauf le plus récent : 15€)

animauxsauvages2

Un intrus s’est perdu

Les parutions reprennent pour de bon après la trêve estivale,  et voici aujourd’hui un petit coup de cœur trop mignon !

unintrus-s'est-perdu
Couverture toilée, papier un peu épais et velouté : une finition très soignée !

Alors que le soleil

Fait soudain place à la nuit

Il arrive droit sur nous

Un nuage de chauves-souris.

Étendant leurs ailes

Elles montent vers les cieux

Mais laquelle d’entre elles

N’a pas encore fermé les yeux ?

Dans ce très joli cherche et trouve, l’enfant doit repérer un petit animal parmi ses congénères. Les illustrations sont vraiment très belles, les couleurs pastel bien mariées entre elles.

Le vocabulaire et la difficulté à retrouver les petits détails font qu’il vaut mieux le donner à partir de 5 ans au moins.

Un intrus s’est perdu, Britta Teckentrup, Autrement, 2014, 12€50

Elfes

elfes
elfes
A l’occasion de la sortie du tome 7, je vous présente enfin la série Elfes chez Soleil.

Elfes, c’est un projet de 5 histoires se déroulant dans le même univers, avec pour chacune une race d’elfes différente sur le devant de la scène, le tout écrit et dessiné par 5 auteurs et illustrateurs. Les 5 premiers tomes sont absolument bluffants, avec des scénarios et des écritures vraiment intéressants.  Ambitieux mais tout à fait cohérents et réussis, il s’en dégage une atmosphère particulière, magique et un brin nostalgique.

Le problème, c’est que j’avais compris que la série entière ne ferait que 5 tomes, or force est de constater que cela se poursuit…  Sans être vraiment mauvaise, la suite semble artificielle et de moins bonne qualité, et c’est franchement dommage quand on repense aux 5 premiers tomes. Les deux suivants méritent d’être lus, mais la qualité des premiers est loin d’être égalée.

Cette série vaut vraiment le coup, du tome 1 à 5. Pour la suite, à chacun de voir ce qu’il veut faire.

Elfes (série en cours, 7 tomes de février 2013 à  août 2014), Soleil, Jean-Luc Istin et Nicolas Jarry (concepteurs de la série), 13€95

Tant que nous sommes vivants

Tant que nous sommes vivantsVoici le nouveau roman de Anne-Laure Bondoux, que nous connaissions pour Les larmes de l’assassin, Le destin de Linus Hope, Le temps des miracles, Pépites… Une auteure qui a fait ses preuves et montré qu’elle était à l’aise dans des genres très différents.

Tant que nous sommes vivants se range du côté des inclassables. Merveilleusement bien écrit, des personnages attachants, une ambiance qui n’est pas datée quoique un peu désuète, un environnement social, politique et géographique imprécis parce que ce n’est pas ça l’important.

Pourtant, ce livre nous parle des hommes, de la destinée, de l’amour, du vivre ensemble, à travers la vie de Bo et Hamma, et de leur fille. Quelques éléments surnaturels donnent à ce roman des allures de conte allégorique.

Vous l’aurez compris, il n’est pas facile de décrire Tant que nous sommes vivants, alors, le mieux reste de le lire, croyez-moi ce n’est pas une perte de temps !

A partir de 14 ans (traduire 14 par : 13 ans si mature, 15 sinon)

Tant que nous sommes vivants, Anne-Laure Bondoux, Gallimard, 25 septembre 2014, 17€

La Mélody du bonheur

melody-du-bonheurMélody, Mélodie… Héroïne de cette histoire, Mélody est une adolescente pleine de qualités mais mal dans sa peau ; elle se sent seule, elle se sent moche.

Et puis il y a Mélodie qui, elle, a tout ce qu’il faut, elle est jolie, populaire, sûre d’elle.

Une histoire courte qui sonne juste, sur l’adolescence, la confiance en soi, le regard que l’on porte sur soi-même.

Une fois de plus Anne Loyer, ici en association avec Sylvie Albou-Tabart, met la finesse et la sensibilité de son écriture au service d’un roman très touchant. C’est la première fois que je vous parle de cette auteure mais sûrement pas la dernière !

A partir de 12 ans.

La Mélody du bonheur, Anne Loyer & Sylvie Albou-Tabart, édition Alice, 2013, 11€