Tous les articles par adeletery

Le port des marins perdus

Le_Port_des_Marins_PerdusUne histoire de navigation, de trahison, de naufrages peut-être, de fantômes, et surtout d’amours.

Marin, filial, littéraire, amical, loyal, amoureux… La question de l’attachement est omniprésente dans l’histoire d’Abel, capitaine assassiné puis repêché, revenu d’entre les morts sous la forme d’un jeune garçon. Il n’est plus vivant et peut le voir, ce Port des Marins Perdus chanté dans les légendes. Cet étrange garçon semble tout connaître de la mer malgré son jeune âge, et ne laisse personne indifférent.

Chaque personnage de ce récit est complexe et attachant, et prend le temps de faire et dire ce qu’il doit. Ils en ressortent tous grandis, changés.

Le texte est poétique et le crayonné à la fois doux et précis. Si vous ouvrez cette BD vous la lirez, si vous la lisez vous l’aimerez. Elle fait plus de 300 pages et prend le temps de raconter sans longueur ni précipitation.  Je repense souvent à ses personnages, à des détails de l’histoire, et je sais que je prendrai le temps de la relire un jour.

Liberté

libertecouverture.jpgVoici un très bel album, qui a été un véritable coup de coeur pour moi. Il reprend tout simplement le fameux poème de Paul Eluard, Liberté, et le texte déjà puissant est porté très haut par le concept et les couleurs de l’album.

Sur mes cahiers d’écolier Sur mon pupitre et les arbres Sur le sable sur la neige J’écris ton nom

Au fil des pages que l’on tourne, du poème qui se déroule, l’illustration s’étoffe, se précise. Les pages sont découpées au laser et font apparaître petit à petit les éléments du décor. Les formes sont assez simples, épurées, et les couleurs sont chaudes et discrètes, laissant la force du texte nous envahir. C’est une expérience vraiment touchante.

A la fin du poème, vous pouvez dérouler les pages dans l’autre sens, et vous aurez accès à une partie documentaire sur le contexte de l’écriture du poème, la vie d’Eluard.

liberte

Liberté, Anouck Boirobert, Louis Rigaud, Paul Eluard, Flammarion, 2012, 16€50

Dissonance

dissonanceDel est une Marcheuse, et sa tâche sera , comme pour les autres membres de sa famille, de corriger les problèmes de dissonance . Elle peut naviguer entre les mondes ; guidée par son oreille absolue, elle entend les résonances des mondes parallèles au monde-clé. Le multivers est comme un arbre dont le monde-clé serait le tronc, duquel partiraient une infinité de branches, crées à chaque fois que quelqu’un fait un choix.

C’est complexe et vertigineux.

La trame de se roman se noue autour de la relation entre Del et Simon, Simon qu’elle rencontre sans arrêt au cours de ses marches clandestines. Hasard ? Destin ? Dysfonctionnement ?

A partir de 13 ans.

Dissonance,  Erica O’rourke, Albin Michel, 2016, 19€

Underwater tome 1 : le village immergé

Underwater-levillageimmerge-KiOon

Onirique,

bucolique,

aquatique,

nostalgique,

Underwater est un manga prévu en deux tomes, qui rappelle vraiment le voyage de Chihiro, mais aussi Pompoko, Totoro. Pendant une période de sécheresse, une adolescente se retrouve, suite à un malaise, dans une rivière au pied d’une cascade. Elle va y faire la rencontre d’un étrange petit garçon et d’un vieil homme.

Une histoire belle et envoûtante ; encore une fois la collection Lattitude de Ki-oon nous propose un très joli livre.

Underwater, le village immergé, Yuki Urushibara, éditions ki-oon, collection Lattitude, 2016, 15 euros

 

Le bateau de fortune

bateau-de-fortuneUne petite brise printanière, voire estivale,  souffle sur ce joli album qui nous parle de liberté, de plaisirs simples, de joies gratuites.

Une famille s’en va joyeusement passer une journée à la plage… Hélas, en arrivant on se rend compte que toutes les affaires ont été oubliées à la maison ! Qu’importe, la petite famille va s’amuser avec des bouts de bois, des algues… de petites choses trouvées sur place qui vont les combler le temps d’une journée. Ce bateau de fortune, construit avec les moyens du bord, nous entraîne très loin !

On en ressort tout guilleret et tout léger, notamment parce que les illustrations et les couleurs sont très douces.

Le Bateau de fortune, Olivier de Solminihac et Stéphane Poulin, éditions Sarbacane, 2015, 15€50, à partir de 4 ans

RUST

rust-black-listL’histoire de R.U.S.T. se passe en 2100, 25 ans après que la Terre se soit fait attaquer par des monstres géants appelés S-Cats, et qui ont battu les humains à plate couture. Pour leur faire face, des méchas ont été créés, pilotés par des humains qui doivent présenter une compatibilité génétique quasi parfaite avec ces robots.

Le hic, c’est que le dernier pilote capable de cette prouesse vient de mourir, alors que faire ?  C’est ici que la « Black list » entre en jeu : certains psychopathes ont été maintenus en vie car ils possèdent cette fameuse compatibilité génétique. En gros, voici le deal : vous rêvez de tuer vos semblables à tour de bras ? nous vous proposons de piloter l’arme la plus puissante jamais créée par l’Homme, pourriez-vous s’il vous plait nous protéger ?

Bien sûr ce scénario fait beaucoup penser à Evangelion, il en est en quelque sorte l’un des dignes héritiers. Luca Blengino arrive à créer une ambiance inquiétante et drôle à la fois, et surtout, grâce au dessin et aux couleurs de Nesskain, complètement barré.

Nesskain dessine les déflagrations lors des combats, met le son en couleur d’une manière percutante, enchevêtre les aspects organique et mécanique des S-Cats.

R.U.S.T., Luca Blengino & Nesskain, Delcourt, 2015, 17€95 (série terminée en 3 tomes, 2 parus à ce jour)

Fans de la vie impossible

fansdelavieimpossible.jpgFans de la vie impossible, c’est l’histoire de l’amitié et de l’amour qui lient trois adolescents, Mira, Sebby et Jeremy. Présenté de cette manière, cela peut paraître peu original, mais leurs états d’âme sont tellement bien décrits qu’on ressent les montagnes Russes de leurs sentiments.

Avec ces personnages on est loin des clichés habituels. Mira n’est pas une jeune fille canon, populaire et juste fan de mode ; Mira essaye d’apprivoiser sa dépression, ne maitrise pas les changements de son corps et se cache derrière ses vêtements excentriques repêchés dans des friperies. Sebby n’est pas un jeune badboy ténébreux et romantique qui se moque des règles et des lois ; Sebby est orphelin, homosexuel et à deux doigts de se retrouver à la rue parce qu’il ne peut pas juste être « normal ». Ces deux-là se rencontrent à l’hôpital psychiatrique et s’accrochent l’un à l’autre pour survivre. Et puis ils rencontrent Jeremy…

La vie impossible : peut-on survivre à cette bouleversante période de l’adolescence ? Pourtant, ils en sont fans.

Fans de la vie impossible, Kate Scelsa, Gallimard jeunesse, 2016, 15 €, à partir de 15 ans

Refuges

refugesVoici un roman qui propose une lecture aussi bouleversante qu’essentielle.

Milla a 17 ans, nous sommes en 2006 et elle retourne avec ses parents passer l’été sur l’île de la maison familiale, pour la première fois depuis des années. Sa famille a dû faire face à un drame épouvantable, et la vie n’est pas simple pour Milla qui se pose beaucoup de questions.

D’autres voix vont venir se mêler à la sienne, des jeunes femmes, des jeunes hommes, venus d’Erythrée. Vont-ils vraiment croiser sa route ? Car l’île des vacances de Milla s’appelle Lampedusa.

Le ton employé dans ce roman est incroyablement juste, il n’est ni moralisateur, ni culpabilisateur, il ne s’adresse pas seulement à nos émotions, c’est davantage que ça. A l’heure où la Méditerranée se transforme en tombeau de masse, nous avons tous besoin de nous rappeler qu’il ne s’agit pas seulement de chiffres édifiants, mais d’êtres humains. Ce roman est un outil formidable pour cela, merci à Annelise Heurtier de nous l’avoir mis entre les mains.

Refuges, Annelise Heurtier, Casterman, 2015, 12€

Un amour exemplaire

unamourexemplaireDaniel Pennac fait équipe avec « la Cestac » pour cet album rempli de tendresse et d’étincelles. Elle lui prête sont trait bien trempé, il lui prête sa narration drôle et sensible.

Cet amour exemplaire, c’est celui qu’ont vécu les voisins de Pennac, et dont il a été témoin tout le long de son enfance. Il est un parfait exemple de l’expression « vivre d’amour et d’eau fraîche ». Loin des conventions sociales, loin des normes, ces deux-là se sont aimés et n’ont eu besoin de rien d’autre, à part de livres.

Le tout est très romantique, trop peut-être pour certains, mais l’humour et le dessin de Florence Cestac sauvegardent le tout de la mièvrerie.

Un amour exemplaire, Daniel Pennac et Florence Cestac, Dargaud, 2015, 14€99

Le rapport de Brodeck

rapport-de-brodeckVoici le premier tome du Rapport de Brodeck (roman de Philippe Claudel), adapté en bande dessinée par Manu Larcenet.

La lecture de ce chef d’œuvre m’a laissée toute chancelante, entre admiration pour le talent de Manu Larcenet, qui ne cesse de grandir, et profond dégoût pour la noirceur dont l’humanité peut faire preuve.

Brodeck est un homme qui est rentré traumatisé des camps de concentration de la seconde guerre mondiale. Il vit dans un village très isolé, entouré d’une nature grandiose. Et puis, un jour, un étranger arrive… Tout cela, le lecteur le découvre petit à petit ; ce qu’il sait depuis le début, c’est que les hommes du village ont, collectivement, assassiné l’étranger. Ils vont alors demander à Brodeck de rédiger un rapport pour expliquer leur geste…

Le rapport de Brodeck, adaptation en BD du roman de Philippe Claudel par Manu Larcenet, éditions Dargaud, 2015, 22€50, prévu en 2 tomes.