Archives du mot-clé famille

Le port des marins perdus

Le_Port_des_Marins_PerdusUne histoire de navigation, de trahison, de naufrages peut-être, de fantômes, et surtout d’amours.

Marin, filial, littéraire, amical, loyal, amoureux… La question de l’attachement est omniprésente dans l’histoire d’Abel, capitaine assassiné puis repêché, revenu d’entre les morts sous la forme d’un jeune garçon. Il n’est plus vivant et peut le voir, ce Port des Marins Perdus chanté dans les légendes. Cet étrange garçon semble tout connaître de la mer malgré son jeune âge, et ne laisse personne indifférent.

Chaque personnage de ce récit est complexe et attachant, et prend le temps de faire et dire ce qu’il doit. Ils en ressortent tous grandis, changés.

Le texte est poétique et le crayonné à la fois doux et précis. Si vous ouvrez cette BD vous la lirez, si vous la lisez vous l’aimerez. Elle fait plus de 300 pages et prend le temps de raconter sans longueur ni précipitation.  Je repense souvent à ses personnages, à des détails de l’histoire, et je sais que je prendrai le temps de la relire un jour.

Publicités

Dissonance

dissonanceDel est une Marcheuse, et sa tâche sera , comme pour les autres membres de sa famille, de corriger les problèmes de dissonance . Elle peut naviguer entre les mondes ; guidée par son oreille absolue, elle entend les résonances des mondes parallèles au monde-clé. Le multivers est comme un arbre dont le monde-clé serait le tronc, duquel partiraient une infinité de branches, crées à chaque fois que quelqu’un fait un choix.

C’est complexe et vertigineux.

La trame de se roman se noue autour de la relation entre Del et Simon, Simon qu’elle rencontre sans arrêt au cours de ses marches clandestines. Hasard ? Destin ? Dysfonctionnement ?

A partir de 13 ans.

Dissonance,  Erica O’rourke, Albin Michel, 2016, 19€

Underwater tome 1 : le village immergé

Underwater-levillageimmerge-KiOon

Onirique,

bucolique,

aquatique,

nostalgique,

Underwater est un manga prévu en deux tomes, qui rappelle vraiment le voyage de Chihiro, mais aussi Pompoko, Totoro. Pendant une période de sécheresse, une adolescente se retrouve, suite à un malaise, dans une rivière au pied d’une cascade. Elle va y faire la rencontre d’un étrange petit garçon et d’un vieil homme.

Une histoire belle et envoûtante ; encore une fois la collection Lattitude de Ki-oon nous propose un très joli livre.

Underwater, le village immergé, Yuki Urushibara, éditions ki-oon, collection Lattitude, 2016, 15 euros

 

Nous les menteurs

nouslesmenteursJ’ai eu la chance de lire en avant première un roman à paraître dans les mois qui viennent. Le titre sera « Nous les menteurs ». Les menteurs, ce sont des cousins et cousines, dignes héritiers d’une famille très très riche. Ils se retrouvent tous les étés sur leur île privée. On les sent très loin du monde réel, et cette famille est vraiment agaçante.

L’héroïne a 17 ans, et elle revient sur les évènements de l’été de ses 15 ans, celui où tout a basculé…

Ce livre m’a fait l’effet d’une innocente vague qui enfle, qui enfle, jusqu’à se transformer en véritable tsunami qui dévaste tout sur son passage. On m’avait prévenue que je serai surprise par la fin alors j’avais échafaudé des plans à n’en plus finir, mais j’étais très loin de la réalité.

Tout ce qui se passe dans ce livre pourrait être juste lu au premier degré, mais en réalité rien n’est innocent, rien n’est facile, et le vrai sujet du livre est bien plus profond.

Vous, les menteurs, vous m’avez bien eue.

A partir de 14 ans.

Nous les menteurs, E. Lockhart, Gallimard jeunesse, 2015 (à paraître)

Saga

sagaSaga c’est… comment dire ? Comme un comics, mais sans super-pouvoir ni super-héros. Comme une belle histoire d’amour mais sans mièvrerie. Comme un scénario plein d’action mais sans violence (du moins, Marko est non-violent).

Difficile de décrire cette série (il y a 4 tomes pour le moment), parce qu’elle est juste truffée de bonnes idées à chaque page, tout sonne juste, tout est parfait. Les auteurs n’ont pas inventé des personnages attachants, ils les ont véritablement rencontrés. Le dessin leur donne vie en laissant transparaître leur âme…

Quant au scénario, vous suivez la fuite de deux héros issus de deux planètes en guerre depuis si longtemps qu’on pourrait dire toujours, de deux peuples qui se vouent une telle haine qu’il semble impensable que quoi que ce soit puisse les réunir. Et pourtant, ils sont amoureux ; et pourtant, ils ont eu un bébé. Cette petite fille a le mérite de mettre tout le monde d’accord sur le fait qu’elle ne devrait pas être née, et ses parents se retrouvent poursuivis par des chasseurs des deux camps.

Cette série est une révélation, un régal.

Saga, Fiona Staples et Brian K. Vaughan, Urban indies, 15€ par tome (1 au 4 sortis à ce jour)

Torsepied

torsepiedOtto ne parle plus depuis que sa mère a disparu. Lucia est persuadée qu’elle est morte. Max est le plus intelligent, mais aussi le plus petit des trois, et il ne se souvient pas d’elle.

Et puis un jour, ils vont se retrouver livrés à eux même pour quelques jours… L’occasion de plonger dans une sacrée aventure et, pourquoi pas, de dénicher quelques réponses.

En ouvrant ce livre, vous tomberez sous le charme d’une narratrice hors du commun qui vous contera une grande aventure. Trois frères et soeur, beaucoup de chamailleries, pas mal de suspens, et surtout une fin aussi émouvante qu’inattendue.

A partir de 12 ans.
Torsepied, Ellen Potter, Alice, 2014, 14€